/
0/5

0 avis

Article

Maintenir en état de jeu : le cas du clavecin de I. Couchet Anvers 1652

  • Stéphane Vaiedelich, Christine Laloue, Joël Frelat, Jean-Claude Battault

Fait partie de : «Techne. 25, 2007»

2007
pp. 74-78


Présentation

Le clavecin de I. Couchet de 1652, collection du Musée de la musique depuis 2003, a connu comme beaucoup d'instruments similaires d'importantes interventions tout au long de son histoire. A l'origine clavecin à un seul clavier, il subit en 1701 une modification importante afin de le mettre au goût de l'époque : agrandi et muni d'un jeu de quatre pieds, il fut allongé afin de recevoir une mécanique à deux claviers. Son intérêt historique et son état de conservation en faisaient un instrument exceptionnel pour lequel un maintien en état de jeu pouvait être envisagé. Comme pour toute intervention, les restaurations engagées dans cette perspective ont été précédées d'études et d'examens approfondis de l'oeuvre. Au-delà des analyses chimiques habituelles des éléments de décors effectuées par fluorescence X ou des examens organologiques associant la radiographie aux observations endoscopiques, une étude mécanique de la caisse et de sa structure, appuyée sur les méthodes de calcul par éléments finis, a permis de valider et d'optimiser pas à pas les choix d'intervention tout au long de la restauration. Fruit d'un travail d'équipe, cette restauration aura mis en évidence l'intérêt d'une application des sciences physiques au service de la restauration et du maintien en état de jeu d'un instrument de musique ; elle aura été l'occasion de mettre en place au Musée de la musique des moyens d'analyse prometteurs

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs